INTERVIEW DE DADA WA

Bonjour Dada Wa, parle-nous un peu de toi. 

Bonjour, j’ai grandi à Charleville-Mézières, entre forêts, rivières et grisaille. Puis j’ai habité en Bretagne, en Afrique, dans le sud de la France… Je m’intéresse à toutes sortes de choses, la nature, la science, l’histoire, la théologie, l’art, la musique… Je m’intéresse particulièrement à la préservation génétique des végétaux. J’aime toutes les choses de la création, j’aime ceux qui m’aiment comme ceux qui me haïssent, même si je garde des distances avec ces derniers pour me préserver. Côté boulot, j’ai beaucoup travaillé dans le BTP mais j’ai décidé d’arrêter fin 2014.

such-a-boring-place

Qu’est ce qui t’a mené vers la peinture et en particulier les portraits ?

La peinture m’a toujours intéressé, petit je traînais mes parents à des expos, je dévorais tout ce qui avait des images, bd, magasines, livres d’arts, et j’observais la construction des choses qui m’entouraient, les courbes, les perspectives… J’essayais de faire des portraits à la manière de Van Gogh, sans arriver au même résultat bien sûr.

11791011_1593902027537955_652746617_o11768827_1593902050871286_2140915518_o11756780_1593902290871262_891561413_oMon éducation fait que je m’ exprime peu par la parole, donc je le faisais par le dessin. Puis entre 14 et 17 ans j’ai acheté des bombes pour m’amuser dans la rue, ce qui m’a permis de perfectionner l’association des couleurs et la perspective. Puis j’ai voulu aller aux beaux-arts de Rennes, j’ai dû faire une demande de dérogation car je n’ai pas de bac (j’ai arrêté juste avant). Je n’ai pas pu accéder au concours d’entrée sous prétexte que mon dossier n’était pas assez contemporain, aujourd’hui je leur suis reconnaissant.

J’ai donc beaucoup travaillé pour partir dans un village de brousse du Burkina Faso, et là le portrait m’est apparu comme une évidence. J’en ai réalisé toute une série dans un style très académique, ce qui m’a permis de perfectionner la technique. Voilà comment j’en suis venu au portrait, je m’intéresse autant aux portraits d’humains que d’animaux.

Peux-tu nous expliquer ton rapport avec la couleur ?

J’utilise la couleur comme médecine pour soigner les maux du passé, la couleur me donne beaucoup d’énergie et permet de la transmettre au spectateur, cette transmission est d’autant plus efficace quand la spontanéité s’en mêle. Chaque couleur provoque des sensations différentes. Avant de commencer une peinture, je fais toujours un fond très coloré qui disparaît ensuite, le blanc de la toile est trop ennuyeux.al-mulock

Quels sont les artistes qui t’inspirent ?

Tous, les classiques comme les contemporains, impossible de faire un choix. La musique est aussi une grande source d’inspiration.

Un mot pour finir ?

Merci de vous intéresser à mon travail, j’espère que les réponses vous satisferont car je n’ai pas l’habitude d’en parler, je n’ai pas de grands concepts concernant la peinture, c’est du feeling, je fais ce qui vient, et peut-être que demain je ferai autre chose. L’essentiel est de faire ce qu’on aime, et si on peut transmettre cet amour aux autres, c’est encore mieux.

give-love

Venez découvrir la galerie riche en couleurs de Dada Wa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *