INTERVIEW ANNE KARINE GREMBER

Anne-Karine parle nous un peu de toi..

Je suis originaire de la région Lilloise. J’ai fait plusieurs écoles d’Art. Aujourd’hui je suis infographiste, photographe et parfois illustratrice. Je suis très manuelle, j’aime la création mais surtout le dessin. C’est très maladif d’ailleurs, peu importe où je suis, parfois rien qu’un set de table en restaurant, je dessine. Ces dernières années, je me suis prise de passion pour la photographie.Je suis très polyvalente en soit, parfois je vais dessiner, parfois photographier, parfois je vais écrire simplement. Mais ces derniers temps je me consacre beaucoup plus à la photographie.

Portrait OT (1)                                                 Venez découvrir la galerie d’ Anne-Karine

Parle-nous un peu du concept PULLIP…

Le concept de la pullip, c’est à la base un « principe » de collection de poupée. Un peu comme celui des poupées de porcelaine mais, un peu moins kitch. Elles mesurent 30 centimètres de hauteur, elles ont une tête très grosse voir disproportionnée par rapport à leur corps, ce qui leur donne cet air « Je sors tout droit d’un manga ». Et si je me souviens bien, lorsque j’ai commencé en 2008, la customisation n’était pas aussi accessible qu’aujourd’hui. Le concept de la pullip est très aléatoire selon la personne, il peut être simplement une collection comme un personnage bien précis, ou même un support artistique pour d’autres. Chaque personne s’octroie la poupée à sa façon. C’est pour cela que la communauté est très attrayante et originale.

Comment cette passion pour les poupées est-elle survenue ?

Depuis toute petite je suis très poupée, que ce soit poupée en laine, en tissus, ou même les Barbies, je crois qu’à la maison, elles se comptaient en centaines. Cela a duré jusque très tard d’ailleurs, je crois que j’avais encore des Barbies à 16 ans. Je n’en parlais simplement pas, je ne jouais plus avec mais il m’arrivait de les habiller, les coiffer, et de simplement les voir sur une étagère me faisait sentir bien. Puis je suis allée à la Japan Expo de Paris. La première était en 2008, j’ai découvert un stand, celui de Jun Planning, qui à l’époque existait encore. Aujourd’hui, la firme se nomme Groove. J’ai tout de suite accroché sur leur grosse tête façon manga. Mais ce n’est qu’en fin d’année (2008) que j’ai vraiment commencé à collectionner.

4919259095_a66b8ec068_o (1)Je me suis mise à faire des recherches sur internet, inscrite sur mon premier forum « Pullipland ». J’ai découvert de nombreuses artistes comme Kikyo. Avec qui j’ai découvert la full customisation. Quand on parle de full customisation, il s’agit de création d’un personnage à part entière. Au début, après avoir échoué plusieurs full customisations, j’ai laissé Kikyo et Ginko&Matsuo s’occuper de leur make-up (maquillage du visage) avec des croquis, des dessins et des descriptifs. Et puis malheureusement, j’avais un travail en même temps que les études, alors c’était compliqué pour moi de faire un intégralement les personnages, donc les copines m’ont beaucoup aidé. Aujourd’hui, j’ai beaucoup plus de stabilité. De ce fait, je me lance vraiment dans les gros projets. Puis il m’arrive parfois de faire appel aux copines car je suis aussi une collectionneuse et que j’aime leur travail, avoir plusieurs poupées d’artistes dans sa collection, c’est très enrichissant, surtout quand leur travail est remarquable voire exceptionnel. Et cela me pousse également à en faire autant.

Combien de temps prends-tu pour mettre en scène une poupée ?

Je ne fais pas réellement attention à cela, ça peut me prendre quelques minutes comme des jours et des jours d’essais pour avoir la photo qui me convient et qui me paraît, sentimentalement parlant, représentative d’un univers ou d’une émotion.

11750929_1473092903004919_493122060_o

Quels sont les artistes qui t’inspirent ?

Il y a beaucoup d’artistes qui m’inspirent, ça peut très bien passer par des illustrateurs comme Ludovic Jacqz, Benjamin Lacombe ou François Amoretti. Ainsi que des photographes, je pense à mes ami(e)s avant tout dans la communauté, comme Darek Donnflaihd, Little Crow, Rainbow Magical Orchestra et beaucoup d’autres. Sans compter Kikyo, Rochel, Ginko & Matsuo, June, Delilah, Hestia, toutes ces personnalités qui sont une vraie source d’inspiration en soit. Elles ont toutes un univers qui m’apporte beaucoup lorsque j’aime créer. J’ai vraiment une très longue liste d’artistes à vrai dire. Alors, je vais m’arrêter ici.

Quel serait ton mot de fin ?

Le support de la poupée reste surement un support les plus enrichissant pour mon imagination. Je pense également que je resterais une éternelle petite fille.

 

thunder the calavera

1 Comment

  1. Je dois dire que je trouve ton interview très propre et bien rempli !
    Effectivement les filles (voir gars) de cette communauté nous apporte beaucoup, que ce soit d’un point de vue artistique que sentimentale ^^
    Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *